dimanche 16 février 2020

The government should be paying more for childcare. Instead families are struggling with costs | Jen Jackson for the Conversation

Many families are being forced to choose affordability over quality in crucial learning years

An Australian family on the average wage typically spends close to A$6,000 out of pocket per year on child care, a new analysis from the Mitchell Institute shows. This is more than the average cost of sending a child to a private primary school.

Unlike the school sector, families don’t have the option to choose a low cost publicly delivered childcare service.

This article was originally published in The Conversation

Jen Jackson is the education policy lead at the Mitchell Institute at Victoria University

Continue reading...

from Children | The Guardian https://ift.tt/2P0Y5LV

Three-year-old Australian girl in Syria's al-Hawl camp may lose fingers to frostbite

Doctor’s believe Amirah’s blackened fingers cannot be saved, as temperatures in squalid camp for family members of Isis fighters fall below zero

A three-year-old Australian girl held in al-Hawl camp in Syria will likely lose her fingers to frostbite, unable to be properly treated during a brutal winter in the squalid camp.

Amirah is one of 47 Australian children being detained in the sprawling detention camp for the family members of Islamic State fighters, as the north-east of Syria endures a bitterly cold winter.

Related: Australian mother of five stripped of citizenship, leaving two children potentially stateless

Related: We must not abandon the women and children of Isis in Syrian camps | Azadeh Moaveni

Related: Christmas at home in Trinidad for boys held in Isis caliphate

Continue reading...

from Children | The Guardian https://ift.tt/37AfnGa

samedi 15 février 2020

L’histoire de la grenouille et du scorpion

Pourquoi il est si difficile de vivre sainement

 

« Un scorpion, cherchant à traverser une rivière, demande à une grenouille de le prendre sur son dos.

– « Pour qui me prends-tu, scorpion ?? Je te connais, tu vas me piquer !! »

– « Mais non, grenouille ! Tu peux me faire confiance. Si je te pique, je me noierai moi aussi ! »

La grenouille hésite mais finit par céder sous les insistances du scorpion. Elle le fait monter sur son dos et s’engage dans la rivière.

Arrivés au milieu, le scorpion plante son dard profondément dans le dos de la grenouille.

Celle-ci est paralysée et se met à couler, entraînant le scorpion avec elle. Elle parvient cependant à poser une dernière question :

– « Mais enfin, scorpion ! Pourquoi as-tu fait ça ?? Nous allons mourir tous les deux !! »

– « C’est dans ma nature ! », répond le scorpion. »

« C’est dans ma nature »

Cette fable n’est pas compréhensible pour les enfants, ni pour beaucoup de jeunes adultes.

Il faut avoir un peu vécu pour la comprendre.

Comprendre que ce n’est pas l’intérêt qui fait agir les gens.

C’est leur nature, profonde, cachée, et qui leur fait faire constamment des choses… contre leur propre intérêt (jusqu’à s’auto-détruire, comme le scorpion dans cette petite histoire).

L’Homme ne recherche pas son intérêt (ce serait trop beau, et trop facile !)

Le fait a été révélé il y a déjà 150 ans par Nietzsche, Dostoïevsky, Kierkegaard puis Freud et Carl Jung, au XXe siècle :

L’homme agit constamment pour des motifs obscurs, inconnus à lui-même, et certainement totalement contraires à son intérêt.

  • Ainsi il est dans mon intérêt de prendre mes compléments alimentaires de vitamine D, d’oméga-3, de magnésium, d’antioxydants… mais je ne le fais pas.
  • Il est dans mon intérêt d’arrêter de fumer, boire, prendre des médicaments… mais je ne le fais pas.
  • Il est dans mon intérêt de jeuner, faire du sport, dormir à heures fixes… mais je mange des bonbons, du fast-food et je regarde des stupidités sur mon smartphone jusqu’à tard dans la nuit ;
  • Il est dans mon intérêt de couper les liens avec des personnes qui ont une mauvaise influence sur moi… mais je suis attiré par elles comme par un aimant.
  • Il est dans mon intérêt d’étudier, travailler, économiser… mais je repousse toujours mon travail à demain et je dilapide aussitôt que j’ai quelques sous sur mon compte…

La question n’est donc pas : « Quel est mon intérêt ? »

Mais : « Comment parvenir à négocier avec moi-même, pour que je fasse enfin ce qui est dans mon intérêt » !!

Apprendre à se connaître soi-même…

Pour cela, il faut apprendre à se connaître soi-même, pour apprendre ce dont nous avons vraiment besoin.

« De quoi ai-je besoin pour parvenir à respecter mon régime, et cesser de manger des cochonneries ? »

Ce n’est pas évident. Il faut très bien se connaître, pour avoir des réponses à cela.

Il faut savoir quelles sont nos forces, pour se fixer un objectif atteignable.

Il faut apprendre à se récompenser comme il faut, pour se donner les moyens de continuer les efforts jusqu’au bout, sans se décourager.

Il faut apprendre à se reposer, faire des pauses, comme toute personne qui entreprend un projet : « Qui veut voyager loin ménage sa monture. »

Il faut aussi apprendre à être patient avec soi-même, et se pardonner ses propres erreurs. Comprendre qu’il faut se traiter avec délicatesse, respect, et qu’on ne peut pas se donner à soi-même des ordres, comme à un esclave.

Il faut accepter de prendre en compte notre part d’ombre.

La part d’ombre

L’ombre est cette partie de moi-même qui veut, qui désire, qui convoite des choses que je n’aime pas. Elle me pousse à faire des choses qui sont contre mon intérêt. Je les fais, tout en sachant que ne devrais pas, et que je vais le regretter ensuite.

Mais je le fais… quand même.

L’ombre, c’est comme une autre personne, malfaisante, qui vit en nous. Elle est opposée à nos propres projets et désirs, et pourtant elle prend régulièrement les commandes et nous fait faire ce qu’elle veut.

C’est énervant. Et pourtant, pour être réaliste, je dois reconnaître qu’elle existe.

La meilleure stratégie pour la gérer n’est pas de nier son existence, mais au contraire d’essayer de bien la connaître pour la maîtriser. Je ne peux pas l’éliminer. Mais je peux en tenir compte. J’apprends à faire des concessions à mon ombre. Pour éviter qu’elle ne s’énerve, reprenne le contrôle, et me fasse faire absolument n’importe quoi.

Pour cela, je dois d’abord partir en exploration dans les profondeurs de ma conscience, comme un plongeur sous-marin part dans l’abîme obscur.

Négocier avec soi-même

Une fois que j’aurai réussi à me connaître moi-même et à reconnaître ma part d’ombre, au moins partiellement, une fois que j’aurai une toute petite idée de ce qui me fait agir dans la vie, alors je pourrai commencer à négocier, doucement, prudemment, avec moi-même, pour obtenir ce que je sais être bon pour moi.

C’est le seul moyen de progresser dans la bonne direction.

Cela peut paraître décourageant, car trop lent.

Mais en vérité, vous n’avez aucune idée des progrès que vous pouvez faire si vous commencez vraiment à bouger dans la bonne direction, jour après jour.

Les changements sont lents au début, mais avec le temps, on apprend à bouger de plus en plus vite. Bientôt, on a l’impression d’avoir été le Petit Poucet… qui a chaussé les bottes de Sept Lieues.

On avance à une vitesse décoiffante. On atteint des objectifs qui nous auraient paru parfaitement irréalistes autrefois.

La vie devient alors, vraiment, extraordinairement belle.

Et ce n’est pas tout :

Cette connaissance de ma Nature profonde (de mon Soi, disait Jung, du « Ça » disait Freud, qu’il désigne comme la source de tous nos désirs, notre « libido » ) me permet de comprendre que les autres, aussi, sont guidés par des désirs mystérieux et profonds.

Eux aussi, peuvent agir contre leur volonté, contre leur intérêt.

Je cesse donc d’avoir des attentes irréalistes. Je cesse de m’énerver. De leur chercher des motifs malveillants.

En tant que médecin, thérapeute, accompagnant, j’apprends à être compréhensif avec mes patients. A ne pas trop attendre des grands discours, des cours de morale, des leçons théoriques. A leur laisser le temps de bouger, à leur rythme.

J’apprends à ne pas trop écouter les grandes promesses, aussi sincères qu’elles puissent paraître.

Car « Nous ne sommes pas le maître dans notre propre maison », disait Freud.

Mais nous pouvons le devenir, en acceptant d’aller regarder qui nous sommes, en vérité.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

The post L’histoire de la grenouille et du scorpion appeared first on Santé Nature Innovation.



from Santé Nature Innovation https://ift.tt/3bENvE4

Boris Johnson sacked him, but Julian Smith is a hero to us, the victims of abuse in church care

Ex-Northern Ireland secretary pushed through law promising justice for children abused in orphanages

Regardless of what the prime minister thinks of the minister he swiftly sacked last week as Northern Ireland secretary, for victims of institutional abuse Julian Smith remains our guardian angel.

For those who have been campaigning for justice, Julian’s brief time in Belfast should be remembered for championing our struggle. Julian did more to ensure survivors of sexual and physical abuse in state-funded institutions got recompense and recognition than any other politician over many years.

Continue reading...

from Children | The Guardian https://ift.tt/38xOx2J

Richard More: the Shropshire outcast who sailed to riches on the Mayflower

County calls for boy’s lost story to be part of the 400th anniversary celebrations of the pilgrim fathers

He was only six when he was disowned by his wealthy father, torn from his adulterous mother and shipped to America with the pilgrims on the Mayflower to begin a new life as a servant.

For centuries, the extraordinary tale of the Shropshire childhood of Richard More – a celebrated New England sea captain and one of the “first comers” to America – was lost in the mists of time. Now a group of local historians hopes to reignite interest in More and his three young siblings, who died shortly after leaving for the new world on board America’s most famous boat.

Continue reading...

from Children | The Guardian https://ift.tt/37vjAer