dimanche 20 octobre 2019

Retour d’un séjour en pays exotique avec un enfant: que surveiller?

Que faire si votre enfant montre quelques symptômes?

  • une diarrhée est le symptôme le plus fréquent qui va alerter: mais elle peut être révélatrice d’une infection par un parasite, le plus souvent appelé protozoaire. Si elle est modérée, il est rare d’avoir besoin de faire un examen des selles, sauf si elle persiste plus de 4 jours.
  • s’il y a du sang dans les selles, en plus de la coproculture (examen des selles), le médecin cherchera une éventuelle amibiase (Entamoeba histolytica), par une technique appelée la PCR (détection de l’ADN du parasite).
  • le pédiatre adaptera les examens en fonction du pays de séjour, la durée, et les aliments consommés également.

Dans certains cas, même sans symptômes, un bilan sera demandé

  • primo-arrivant, réfugiés, migrants, enfant adopté
  • on recherchera surtout des parasites comme Giardia, mais aussi nématodes et ténias.
  • on cherchera à savoir si l’enfant (l’adulte idem) s’est baigné en eau douce, attention alors au risque de bilharziose.

Traitement?

Dans tous les cas, le médecin adaptera celui-ci en fonction de ce qui sera retrouvé lors des éventuels examens et aussi en fonction des symptômes et surtout du lieu de séjour et de sa durée.

Les 4 livres écrits par le Docteur Arnault Pfersdorff, fondateur de pediatre-online, édités chez Hachette-Famille
  • « Manuel Bébé Premier mode d’emploi » Hachette Famille 286 pages 16,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne dort pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne mange pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant n’est pas propre – 7 solutions » Hachette Famille 65 pages 5,95€ Disponible ICI

.

C’est désormais 4 livres du Dr Pfersdorff pédiatre, qui sont édités chez Hachette et distribués dans toutes les librairies de France, mais aussi Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada. Ils s’adressent aux parents. Egalement sur Amazon, Fnac, BNF, etc.


.

.

Cet article Retour d’un séjour en pays exotique avec un enfant: que surveiller? est apparu en premier sur Pediatre Online.



from Pediatre Online https://ift.tt/2Buk1rL

Une « mallette d’information » pour aider les enfants atteints de cancer ou de leucémie

Une « mallette d’information » pour aider les enfants atteints de cancer ou de leucémie et leurs parents à mieux comprendre la maladie, les examens et les traitements

Grâce à un collectif d’organismes et d’associations, des « mallettes d’information » vont être remises gracieusement pendant un an aux familles accueillies dans les services de cancérologie pédiatrique.
 
 
En France, chaque année, 2 500 enfants et adolescents sont diagnostiqués d’un cancer ou d’une leucémie. Bien informer les enfants et leur famille est un enjeu éthique, moral et médical.
Suite à une étude sur l’information des familles en cancérologie pédiatrique1, la Société Française des Cancers et leucémies de l’Enfant et de l’adolescent (SFCE) et l’association SPARADRAP ont conçu, en collaboration avec un groupe de travail, une mallette qui propose une sélection de supports pédagogiques à destination des enfants, des parents, de la fratrie et des copains de classe.

Les documents des mallettes, aux contenus scientifiquement justes, utilisent un langage simple et des illustrations pour expliquer la maladie, les examens, les traitements, les émotions.
Il existe une « mallette oncologie » et une « mallette hématologie » avec une sélection respectivement de 17 et de 18 documents, émanant de cinq éditeurs différents. De plus, un feuillet liste une sélection de 38 autres ressources utiles (documents, films, sites Internet).
> Découvrir en ligne la sélection complète des ressources pédagogiques pour aider les familles dont l’enfant est atteint d’un cancer ou d’une leucémie.

La remise de cette mallette à toutes les familles accueillies dans les centres de cancérologie pédiatrique s’inscrit dans l’esprit du dispositif d’annonce, en complément d’un dialogue personnalisé.

 
« L’information à l’enfant malade et à sa famille sur la pathologie, les examens complémentaires et le traitement est une étape absolument fondamentale qui va conditionner l’adhésion de tous à la prise en charge globale. Cette information fait partie intégrante du« panier de soins de support » proposé à chaque patient et doit régulièrement être repensée pour s’adapter au mieux à chaque contexte.
La diffusion de cette mallette dans tous les centres d’onco-hématologie pédiatrique va permettre d’assurer une base d’information équitable sur tout notre territoire »
affirme le Dr Cyril Lervat, pédiatre oncologue au Centre Oscar Lambret de Lille et Responsable du comité soins de supports SFCE.
 
« L’annonce d’un cancer ou d’une leucémie vient bouleverser la vie de l’enfant et de sa famille. Ils reçoivent une multitude d’informations en très peu de temps et la mallette va les aider à s’approprier à leur rythme toutes ces informations, tout au long du parcours de soin. Les documents sélectionnés pour la mallette sont scientifiquement justes et sont véritablement conçus et adaptés pour les enfants, leurs parents et les proches. Et pour les médecins et les équipes soignantes, je suis persuadée que la mallette sera un atout essentiel pour mieux prendre soin des enfants et de leur famille » précise le Dr Catherine Devoldère, pédiatre responsable de l’unité d’hématologie, immunologie et oncologie pédiatrique au CHU d’Amiens et présidente de l’association SPARADRAP.
 
Ces mallettes sont diffusées gracieusement grâce à un collectif d’organismes et d’associations : la SFCE, l’association SPARADRAP, le Fonds Autosphère, la Fondation des Entreprises du Médicament pour l’accès aux soins, la Fondation de France, l’Etoile de Martin, la Fondation Meeschaert, Maxime +, Questionner Autrement le Soin, Dubourdon, Choisir l’Espoir, l’Appel, Enfants Cancers Santé, Laurette Fugain, Les petits citoyens, la Fondation SNCF, l’Institut national du cancer
> voir la présentation des partenaires
Contact presse :
Malka Jakubowicz – Association SPARADRAP – 01 43 48 76 48 – communication@sparadrap.org
Les 4 livres écrits par le Docteur Arnault Pfersdorff, fondateur de pediatre-online, édités chez Hachette-Famille
  • « Manuel Bébé Premier mode d’emploi » Hachette Famille 286 pages 16,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne dort pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne mange pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant n’est pas propre – 7 solutions » Hachette Famille 65 pages 5,95€ Disponible ICI

.

C’est désormais 4 livres du Dr Pfersdorff pédiatre, qui sont édités chez Hachette et distribués dans toutes les librairies de France, mais aussi Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada. Ils s’adressent aux parents. Egalement sur Amazon, Fnac, BNF, etc.


.

.

Cet article Une « mallette d’information » pour aider les enfants atteints de cancer ou de leucémie est apparu en premier sur Pediatre Online.



from Pediatre Online https://ift.tt/2J83UnM

Farewell the ‘porn block’ – a PR exercise but lousy policy | Amy Orben

Without greater access to our online habits, politicians cannot frame laws for the digital age

The UK government’s porn block was a dead man walking for months, if not years. It is long overdue that this attempt to curb children’s access to online pornography is scrapped. Almost two years ago, a close colleague and I sat in a meeting with one of the policymakers who had recently been asked to implement the proposal. The pained look on his face when we queried his progress confirmed our suspicions that it was an impossible task. It was clear to many that the block could – and would – never come to pass.

The plan did not have just one achilles heel – it had many.

Scientists and other stakeholders cannot access information about what the population is actually doing online

Related: UK drops plans for online pornography age verification system

Continue reading...

from Children | The Guardian https://ift.tt/2oNyRHd

samedi 19 octobre 2019

Mon pire ennemi est mon meilleur ami

L’extraordinaire influence de nos actes

 

Votre pire ennemi est votre meilleur ami”, disent les bouddhistes.

Chez les chrétiens, on connaît l’appel à “tendre la joue gauche” ou à “aimer ses ennemis”.

Pourquoi ces phrases absurdes, limite sadiques, reviennent-elles dans les livres de “sagesse” ?

Pourquoi personne ne les a-t-il supprimées, depuis le temps ?

Un outil qui peut être utile dans certains cas douloureux

Si ces phrases n’ont pas été supprimées, c’est peut-être parce qu’elles peuvent parfois nous aider.

Elles seraient une sorte d’outil, pour sortir de certaines situations douloureuses et compliquées.

Je ne prétends pas détenir la clé de la sagesse.

Mais je me permets de proposer une interprétation qui m’a personnellement aidé :

Le sens de ces paroles, c’est que nos ennemis nous sont parfois “envoyés” pour nous aider à changer notre regard, notre perception des choses. Changer, dans notre vie, les choses qui ont un besoin urgent d’être changées.

Tant que nous ne comprenons pas le message, d’autres ennemis se présentent. Le même cycle recommence, et il se termine toujours de la même façon : mal.

Le jour où nous acceptons de changer, l’ennemi se volatilise. Nous comprenons qu’il nous a finalement été utile, parfois même plus utile que notre meilleur ami, et on peut même parvenir à l’aimer.

Il n’y a que six personnes qui séparent n’importe quel être humain du président des États-Unis

Vous avez sans doute déjà entendu dire qu’il n’y a que six personnes qui vous séparent du président des Etats-Unis.

C’est la “théorie des six degrés de séparation” (aussi appelée “théorie des six poignées de main”). Elle a été établie par un Hongrois, Frigyes Karinthy, en 1929.

Elle stipule que toute personne sur le globe peut être reliée à n’importe quelle autre, au travers d’une chaîne de relations individuelles comprenant au plus six maillons.

Chacun de nous connaît environ mille personnes. Chacune de ces personnes connaît mille autres personnes. Etc.

Au bout de six maillons, on arrive ainsi à connaître l’ensemble de l’humanité.

Mais les choses se sont encore accélérées récemment.

Avec le développement d’Internet et des réseaux sociaux, des chercheurs chez Microsoft, Eric Horvitz et Jure Leskovec, ont calculé en 2016 qu’il n’y avait plus que 3,3 maillons qui séparaient chacun de nous de l’ensemble de l’humanité.

Cela nous donne une idée de l’influence extraordinaire que peuvent avoir chacun de nos actes sur toute l’humanité.

L’effet papillon est réel.

Une responsabilité énorme sur nos épaules

Lorsque nous blessons quelqu’un, même légèrement, même involontairement, nous ne savons jamais ce qu’il en découlera.

Il se pourrait que le destin de cette personne en soit modifié. Par exemple, en manquant une occasion ce jour là qui se présentait à elle.

De cette occasion manquée peut surgir autre chose : frustration, colère, énervement… Il se pourrait que la personne, blessée, en blesse une autre. Qui en blessera une autre. Et ainsi de suite…

Du fait de la “théorie des six poignées de main”, il est très probable qu’un jour une de ces personnes arrive dans notre vie. Mais elle arrivera avec sa blessure, dont nous sommes nous-même responsable à l’origine.

Elle éprouve un intense mal-être. Elle est habitée par le besoin de vengeance, contre n’importe qui.

Elle vous rencontre. Elle vous fait du mal.

Vous dites : “Mais enfin, je n’ai rien fait pour mériter ça !”

Mais il est trop tard.

Arrêter la spirale, avant qu’il ne soit trop tard

Pour arrêter la chose, pour éviter d’en arriver là un jour, il aurait fallu, dès l’origine, éviter ce mouvement d’humeur, ce petit mensonge, cette infime injustice, qui a fini par avoir de si terribles conséquences dans notre propre vie.

Le problème est qu’on ne réalise en général pas l’enchaînement des causes. Et on ne s’inquiète pas de stopper le mal tant qu’on n’a pas connu de grandes épreuves.

C’est pourquoi les sages ont en général une barbe blanche. Il faut avoir vécu, pour le comprendre.

Ce n’est pas le type de réflexion qui vous vient lorsque vous vous faites marcher sur le pied dans le bus, ou quand la caissière est désagréable, ou quand la maîtresse vous met une bulle.

Non, la prise de conscience ne se manifeste que le jour où vous avez vraiment mal. Le jour où vous vivez une injustice vraiment violente.

Pour cela, il faut sans doute que votre pire ennemi intervienne dans votre vie.

Lui seul peut vous faire prendre conscience de la chose la plus importante de votre vie, à savoir que vos actions ont des conséquences.

Que chacun de vos gestes et chacune de vos paroles comptent, et que donc votre vie a un sens, et de l’importance.

On raconte qu’Adolf Hitler n’aurait jamais fait de politique s’il n’avait pas été recalé plusieurs fois, et apparemment injustement, à l’école de peinture de Vienne, car il rêvait d’être peintre !!

Le jury d’examen se doutait-il des conséquences qu’allait avoir son acte ?

Remonter dans la généalogie

L’enchaînement compliqué des méfaits, qui risquent un jour de nous revenir dessus par une sorte d’effet boomerang, explique sans doute l’importance que portaient les Anciens aux “malédictions sur plusieurs générations”.

C’est un thème qui revient souvent dans les textes anciens : un homme commet un meurtre et il est “maudit pendant sept générations” (ou douze, ou plus).

L’idée est que la personne qui commet un crime ne paiera pas toujours tout de suite. Mais les conséquences de son crime retomberont, tôt ou tard, sur lui ou ses enfants, ou les enfants de ses enfants, etc.

C’est un fait que les Hommes ont constaté au cours des millénaires, et qui s’est inscrit dans les consciences.

Parole d’un lecteur de Santé Nature Innovation

J’ai reçu ce matin ce témoignage de la part d’un lecteur fidèle de Santé Nature Innovation :

“J’ai vécu un divorce épouvantable sur 14 ans et j’ai tout perdu après avoir tout construit sur ce mariage.

Ma conclusion est : avant j’étais c*** et basique, religieux psychorigide, je ne savais pas grand chose sur tout.

Depuis qu’on m’a jeté comme une m***de, ma sagesse a fait un pas de géant, ma réflexion a centuplé en profondeur, et je suis passé de l’esclavage à la liberté dans tous les domaines.”

Je ne serais pas étonné que ce lecteur considère que sa pire ennemie se soit révélée être sa meilleure amie.

Je ne serais pas étonné, même, qu’il finisse par “aimer son ennemie”.

Après tout, elle lui a fait faire le “pas de géant” qui lui a ouvert la voie vers “la liberté dans tous les domaines”.

Ce n’est pas rien !

Je sais que beaucoup de mes lecteurs ont connu, et connaissent, de grandes douleurs, de grandes injustices, du fait de personnes proches qui les font souffrir.

Puissent-ils un jour parvenir à la conclusion si puissante, si libératrice, que leur ennemi les a aidés à franchir un cap qu’ils n’auraient jamais pu passer sans lui.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

The post Mon pire ennemi est mon meilleur ami appeared first on Santé Nature Innovation.



from Santé Nature Innovation https://ift.tt/32vUien

Subdural and subarachnoid empyema as a complication of an acute meningococcal meningitis